Les diners de l’hôtel de Lassay

L’UNESCO a classé la gastronomie française au patrimoine mondial immatériel de l’Humanité.

C’est un honneur mais c’est surtout un devoir au regard tant de la réputation de la France que de la bonne santé de son économie.

Il devrait en résulter qu’a minima, la Présidence de la République, les présidences des Assemblées parlementaires, le gouvernement, les présidence de régions et les préfectures ne devraient servir dans leurs hôtels respectifs que des repas gastronomiques et être sévèrement rappelés à l’ordre quand ils ne le font pas. Il ne s’agit pas, pour les élites, qu’il est de bon ton de vilipender, de se goinfrer aux frais des contribuables mais de remplir les devoirs de leurs fonctions dans l’intérêt de notre pays en mettant en lumière ses produits et son savoir-faire.
Si cela s’est fait, durant un certain temps, à la présidence de l’Assemblée Nationale (ce dont on peut discuter, nous allons le voir) tant mieux. Que Mediapart donc le rêve est de semer la pagaille fasse feu de tout bois est une chose, que la presse réputée sérieuse emboite le pas en est une autre et que nos politiques ne soient pas capables de faire le minimum de pédagogie pour faire comprendre, même au plus borné des gilets jaunes, ce qu’il en est réellement, en est une troisième et franchement désespérante.
Et quand un secrétaire d’Etat réputée pour réagir plus vite que son ombre et le plus souvent bêtement, ce qui n’a pas loupé ici, se vante que dès son arrivée dans son ministère elle a donné pour instructions que l’on n’y serve que de l’eau en carafe ( !!!) et des plats très simples, elle devrait être convoquée par le Premier ministre, en compagnie, au moins, du ministre de la culture, de celui de l’agriculture et de celui en charge du commerce extérieur pour lui rappeler les devoirs d’une fonction qu’on a été bien léger de lui confier.

Certes, ce qu’on a dit des diners de l’Hötel de Lassay n’est pas totalement bienvenu, du point de vue qui est le nôtre, et il est inquiétant, pour la gastronomie francaise, de voir que personne, à notre connaissance, n’a fait les trois remarques qui suivent ce qui nous a conduite à les faire.
Il n’est pas, d’abord, satisfaisant de voir présenter le homard comme un produit d’un luxe extrême. Dans l’ordre des crustacés, le homard est plutôt du milieu de gamme, le haut du panier étant occupé par la langouste qui devrait être préférée.
Un reproche pourrait peut-être être fait à Monsieur de Rugy s’il n’a pas pris la précaution, dès lors qu’il manifestait une préférence pour le homard, de s’assurer que l’on servait bien, chez lui, du homard français. Il est bien connu, en effet, que la quasi-totalité du homard consommé en dehors des régions côtières est de provenance nord-américaine et plus précisément canadienne ce que la signature du CETA ne devrait pas arranger. Si les palais nationaux doivent faire de la gastronomie ce ne peut être qu’avec des produits de France.
Enfin il semble que l’ire de médiapart ait été stimulée par une photo montrant des homards en compagnie d’un Premier grand cru classé du Bordelais qui est, bien, lui, un produit d’exception. Si l’on peut se féliciter que les deux aient été servis, il faut tout de même souhaiter que cela n’ait pas été en même temps, le Château d’Yquem sur du homard relevant du désastre œnologique.

2 réflexions au sujet de « Les diners de l’hôtel de Lassay »

  1. Desfontaines

    Les positions de prime abord paradoxales ont toujours le mérite d’obliger à réfléchir et à ne pas s’en tenir aux réactions spontanées -et, notamment, chez tout Français normalement constitué, à celles que peut lui dicter son cerveau reptilien de contribuable vétilleux… En l’occurrence, on ne cherchera pas à savoir si le propos de Mme Rassat est à prendre au second degré -et, dans ce cas, c’est un petit bijou d’humour-, ou, au premier degré -et, dans ce cas, il ne faut pas le caricaturer : elle ne prône pas la langouste arrosée du grand cru adéquat sur toutes les tables de France aux frais de la princesse ! Mais que les dirigeants, conscients de leurs responsabilités, fassent la promotion de l’excellence française, dans ce domaine comme dans les autres (à l’instar des « premières dames » et, bien souvent, des énièmes dames des palais de la République, qui servent de porte-manteaux aux grands couturiers pour assurer la promotion d’une activité qui est, non seulement, non négligeable d’un point de vue économique, mais, est; aussi, un élément du rayonnement culturel du pays : c’est cela, le « patrimoine immatériel »!). En l’occurrence, le vrai problème posé, ce n’est pas, le cas échéant, que, dans l’ivresse du pouvoir, quelqu’un ait pu vouloir, comme le héros de la « Vie parisienne », « s’en fourrer, fourrer, jusque là », mais qu’il ait pu donner le sentiment (au vu, au moins, des premières « révélations »), de ne pas avoir suffisamment distingué ce qui relevait de sa fonction et de sa vie privée : rappelons que le Général de Gaulle -qui ne mégotait pas sur les dépenses quand il y allait du prestige français, payait de sa poche ses repas familiaux à l’Elysée, et, l’électricité de son logement de fonction…

    Répondre
  2. Benoist

    Bonjour,
    déçu par cet article. La dette publique a atteint un niveau abyssal. Comment peut-on préconiser que les pouvoirs publics non seulement peuvent mais doivent (!) goberger aux frais du contribuable au nom de la « gastronomie française ». Vous voulez faire produire à un classement fumeux de l’Unesco (le patrimoine immatériel, kézaco ? Rien de bien rigoureux dans la théorie du patrimoine…) des effets contestables.
    A ce compte, finalement, tous les Français, en cette qualité, devraient recevoir quotidiennement leurs trois repas gastronomiques au frais de la Nation. Est-ce bien sérieux ?
    En l’absence de règle juridique, tant les directives de la Déclaration de 1789 sont floues (où est-il inscrit que la bonne gestion des deniers publics non seulement peut se satisfaire mais exige qu’on mange du homard aux frais du contribuable ?), l’analogie avec le droit privé n’est pas interdite. Or, de tels frais de représentation sont susceptibles de sanction à l’encontre du dirigeant d’une entreprise en faillite. L’Etat français est en faillite financière, mais aussi morale, l’heure est donc à la restriction !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *